AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture du forum : en savoir plus ici.

Partagez | 
 

 this is america (cole)

Aller en bas 
AuteurMessage
Adrian Shaw

avatar

› since : 20/05/2018
› posts : 21
› faceclaim + © : madden, stoker

› who lives, who dies
› my links :
› availability :

MessageSujet: this is america (cole)   Jeu 24 Mai - 21:52

this is America
feat @cole jacobs

Lieutenant Shaw ? L’intéressé lâche une injure. “Pas lui” qu’il gromelle, agité. Il en a marre, Adrian. Des mois qu’on lui promet une justice à laquelle il ne croit pas. On le balade, on l’invite poliement. Pas certain que les flics eux-même savent où ils vont avec son affaire. Les convocations s’enchaînent, les suspects défilent. Et pas un pour correspondre. Dans son esprit brisé, il n’est même pas certain de savoir reconnaître les mecs qui l’ont laissé dans un piteux état. La gueule en vrac, le corps en sang. La tête explosée contre un morceau de bitume. Adrian, il voudrait se souvenir qu’il n’y parviendrait même pas. Il n’y a rien à retenir de ce soir là, sinon qu’il est encore là.
Un haussement d’épaules en guise de réponse au flic qui s’excuse du dérangement. C’est pas le premier, ça sera pas le dernier. Ca devrait, pourtant. Inutile de persister face à l’insoluble. Le mec s’est évaporé, et s’il est pas trop con, il a même quitté l’état. Reste un pompier aux souvenirs brumeux, un connard qui y réfléchira à deux fois avant de jouer les héros.
Les mains dans les poches, il se tire, Adrian. Il n’a rien de plus à glander dans les parages, c’est pas ici que son cas prendra une dimension nouvelle. Gamin, il se rêvait en uniforme. Aujourd’hui, il voit les choses telles qu’elles sont: combien de criminels arrêtés, combien de crimes impunis ? C’est la rancoeur qui parle, la haine qui le prend aux tripes, et pourtant, il en pense chaque mot. Ceux qui l’ont mis au tapis dormiront tranquilles ce soir encore.
Il massacre le bouton de l’ascenseur, la mine sombre et l’oeil mauvais. La colère s’évapore, mais la déception reste. Il peut deviner le sang qui court jusqu’à sa boîte crânienne, sentir la douleur qui s'insère doucement. Ses foutus maux de tête qui ne le quittent plus depuis cette nuit là. Les nerfs lâchent et le poing se serre. La porte de l’ascenseur se rouvre juste à temps pour qu’il fasse illusion. Un vague sourire à celle qui entre, tandis qu’il s’engouffre dans l’immense hall du rez de chaussée. A peine le nez dehors qu’il porte deux comprimés à sa bouche. Pour la douleur, qu’il dit. Par nécessité, en réalité. Cette merde commence à lui devenir indispensable. Y’a cette voix dans sa tête, cette conscience un peu abîmée qui se charge de le lui rappeler. Pour qu’elle la ferme, il porte une main à sa poche, tire une clope de son paquet et fout le feu à la cancerette. Devant lui, le spectacle de la vie quotidienne. Le balai des voitures dont s’extirpent des flics qui ne comprennent pas la vacuité de leur boulot. Combien des mecs qu’ils choppent recommenceront aussitôt ? Il a pas toujours pensé comme ça, Adrian. Mais la réalité s’est chargée de remettre les choses en ordre.
[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
this is america (cole)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ain't no miracle worker :: Jukebox hero :: Doral police department-
Sauter vers: