AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture du forum : en savoir plus ici.

Partagez | 
 

 till it's gone - cole

Aller en bas 
AuteurMessage
Cole Jacobs

avatar

› since : 20/05/2018
› posts : 100
› faceclaim + © : morris /thinkky

› who lives, who dies
› my links :
› availability : tc - imo - darling - lyra - milo

MessageSujet: till it's gone - cole   Dim 20 Mai - 17:14



 
[cole jacobs]
but i'm not a fool there's no need to pretend


nom complet : cole bellamy jacobs. des syllabes douces pour un être en feu. c'est devenu une habitude de se faire appeler jacobs. c'est plus rapide, plus facile. c'est juste comme ça que l'on fait dans le milieu, et c'est tout. comme si plus rien d'autre n'existait que les traces d'un héritage que l'on jette à la poubelle. on le sait tous, ils finiront par crever sur le terrain. pas la peine de les humaniser avec un prénom. jacobs, c'est pratique. âge, lieu de naissance : la flamme de ses trente-trois ans a vacillé un long moment avant qu'il n'accepte de la souffler. comme si le temps était devenu un poids qu'il refuse de porter. il ne les a pas vu passer, ses années. il regrette. il a l'impression de les avoir gâchés avec la mauvaise femme, au mauvais endroit. il n'et pas né bien loin de miami et est toujours resté dans les parages, papillon de nuit attiré par la lumière du soleil de la floride. il aurait du fuir, faire autre chose. ne pas rester dans ce putain de nid de violence qui l'enrage si facilement. comme si l'adrénaline suffisait à rester en vie. nationalité, origines : l'américain ne s'est jamais posé la question. il est né dans ce si beau pays qui revendique sa liberté et sa culture, cachant les horreurs qu'il se permet d'engendrer ailleurs. cole a cette aigreur en lui lorsqu'il voit ces étrangers qui viennent pourrir les rues de miami avec la drogue et le crime. il a voté pour trump parce qu'il pensait que c'était la bonne chose à faire. parce que c'est ce que son sang d'américain devait faire. il n'est plus bien sur d'avoir eu raison. emploi, situation financière ($$$) : ce qu'il a pu être fier en sortant de l'école de police dans son bel uniforme, sa casquette sur la tête. un grand sourire resté figé sur les photos de sa mère. il a brillé de bien des façons au début de sa carrière, se laissant aller à jouer le dur, à foncer dans le tas. tête brulé toujours victorieuse, imprudent et félicité. l'homme fort congratulé par ses pairs lorsque d'autres sont traitées d'imprudentes colombes. l'unité de crime organisé est arrivée un peu au hasard dans l'équation. un bon poste, un rôle important. une place de choix où l'action règne. il gagne bien sa vie, assez pour le dire. maigre compensation pour un boulot qui fait de lui l'ennemi public numéro un des pires criminels de la ville. des gangs et des mafias qu'il défie, le regard sombre, comme si rien ne pouvait lui arriver. statut civil, orientation sexuelle : cole est l'un de ces hommes qui a l'homophobie silencieuse. l'un de ces types qui n'insulte pas, qui ne frappe pas. mais qui regarde sans comprendre, qui juge sans savoir. qui utilise le mot pédale avec légèreté et qui refuse d'imaginer son entourage autrement qu'aux mains de l'hétéronormativité. une éducation appuyée par des années d'un lavage de cerveau sociétal qui fait de lui le genre d'homme qui refuse d'être touché de trop prêt, de peur d'être "contaminé" par ce que Dieu n'approuve pas. il a préféré s'enticher d'une femme qui a fini par le briser. un mariage malheureux parce qu'un mariage loin des normes. parce qu'elle refuse d'être cette ménagère qui attend sagement qu'il rentre, le gibier sur l'épaule, pour lui faire à manger et lui masser les pieds. elle a voulu être indépendante, travailler, être libre. elle a refusé les enfants une fois, deux fois, et puis c'est devenu un chant trop commun pour les oreilles du flic qui a mal digéré ça. qui a du mal à croire qu'on lui refuse sa descendance. il a fini par demander le divorce, il y a six mois, après des années de malheur voilé par l'american dream. il vit encore chez lui, reclus sur le canapé, lui laissant l'espace qu'elle a toujours souhaité. il l'aime toujours, surement, mais elle n'est plus cet idéal qu'il a imaginé. elle lui a fait perdre son temps. mais la colère ne parvient pas à étouffer le bruit que fait son coeur pour une autre. une autre toute aussi libre, toute aussi indépendante. à croire qu'il aime qu'on le repousse. qu'il ne rêve que de conquérir. qu'il n'est pas foutu de savoir ce qu'il veut. statut familial : gamin enchanté à l'éducation fière, il a grandit avec des parents assez aimant pour ne pas faire de lui un psychotique à la haine trop bien pensée. il a toujours été entouré par des hommes, testostéroné jusq'au bout de l'âme. première arme dans les mains à sept ans, premier drapeau à six mois. il a des frères, tous du même acabit. il ne voit plus beaucoup ses vieux depuis qu'il s'est installé à miami, et c'est pas pour lui déplaire. voir la déception de sa mère face à l'absence d'un petit fils lui fait trop de mal. il a trop honte. à miami depuis : il est arrivé tout fier à l'école de police, découvrant ce que ça voulait dire que de vivre en ville. il a adoré, il est resté. il n'a même pas regretté un seul instant alors qu'il découvrait les bas fonds d'une ville pleine de vices et de souffrance. il en a vu pourtant, des horreurs. de la pauvreté. des cadavres. le soleil suffit à lui faire oublier la puanteur des bas-fonds de la ville. traits de caractère  : seigneur en son royaume, cole représente tout ce que l'amérique fait de mieux. garçon hautain et goguenard, tête brûlée à l'égo fragile, beau garçon qui se connait. cole, c'est l'affreux type qui te regarde en sachant très bien qu'il vaut mieux que toi. pourtant pas méchant, c'est l'exemple même du narcissisme d'état. une chaleur sociale qui fait de lui le roi du bal. un sourire charmeur qui le protège des coups. une assurance qui n'appartient qu'à ces hommes qui ont grandit en sachant qu'ils avaient le pouvoir. il n'a jamais questionné sa place de dominant, se contentant d'être gentil par désir de facilité. garçon puéril et pourtant mûr, loin d'être raisonnable mais facilement inquiet pour les autres. le genre de garçon complet, celui qui vit pleinement. qui ne comprends pas qu'on puisse lui dire non. qui se refuse le droit à l'échec. avatar : julian morris. groupe : sleep.


[we don't deserve happy endings]

pseudo : bob. âge, lieu de résidence : paris, 22. type de personnage : pré-lien de la plus belle. petit mot : bite. crédit : theladyigraine/tumblr.


Dernière édition par Cole Jacobs le Dim 20 Mai - 21:10, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Jacobs

avatar

› since : 20/05/2018
› posts : 100
› faceclaim + © : morris /thinkky

› who lives, who dies
› my links :
› availability : tc - imo - darling - lyra - milo

MessageSujet: Re: till it's gone - cole   Dim 20 Mai - 17:15




[too young, too dunb to realize]
le bois est finement travaillé. peu de lumière passe à travers les parties entrecroisées de la parois qui le sépare du prêtre. il souffre, le regard fixé dans le vide. cole ne parvient pas à quitter cette abysse qui piège ses yeux aveugles. son coeur bat assez fort pour qu'il l'entende. il se demande un moment si le religieux peut entendre le tendre battement qui vient jouer un rythme effréné dans son crâne lourd de ne pas avoir assez dormi. une tête qu'il semble avoir oublié dans un amas de coton. il est loin de tout, cole. sur une autre planète depuis des semaines. non, des mois. quand bien même n'oserait-il pas se le formuler à lui même, l'attaque ayant blessé Imogen l'a fortement perturbé. pas qu'il s'inquiète de sa propre santé non, ça il n'en a jamais rien eu à foutre. "...my son ?"la voix roque le sort de sa torpeur. comme si l'autre s'impatientait d'entendre les misères du nouveau monde. "oh, yeah, sorry..." il reprend sa respiration, le flic, et son regard vient se poser sur ses chaussures comme un enfant prit en flagrant délit de mensonge et sentant le poids de la culpabilité sur ses épaules frêles. sa mère lui a toujours apprit à avoir peur de dieu et de son regard accusateur. il a beau ne pas venir souvent dans la maison du seigneur, cole ne prend pas ça à la légère. plus depuis bien longtemps. "forgive me father for i have sin." finit-il par lâcher, désabusé face à cette vérité qu'il se doit d'avouer. "what have you done, my son ?"

le corps allongé de la blonde lui semble ridiculement faible. est-ce donc la même femme à qui il confie sa vie tous les jours depuis deux ans ? une carcasse chétive et translucide reliée à tout un tas de tuyaux et de machines. les draps sont encore taché d'un sang qu'elle perd par à coup depuis qu'une putain de balle est venue déchirer son corps dans un bruit sourd. il était sensé la protéger. il était sensé empêcher ça. ses mains tremblent alors qu'il la fixe, n'osant s'asseoir à ses cotés. comme si l'approche avait pu la déranger, cette belle endormie. il sait qu'il n'est pas sensé être là mais il reste, le regard bloqué sur le visage paisible de celle qui l'accompagne toujours. sa respiration est silencieuse, elle dort. lui, lui il souffre d'une douleur sourde qui vient lui engourdir les membres. il sent ce poids sur l'estomac, sur les viscères, et sur le reste. que ça fait mal putain, que de manquer d'air. que de ne pas savoir. que d'espérer. il ne sait pas à quel point les choses sont graves. les médecins n'ont rien voulu lui dire sous prétexte qu'il n'est pas de la famille. que ça ne le regarde pas. comme s'il ne comptait pas assez pour être là pour elle. comme si la voir mourir dans ses bras n'avait pas été assez traumatisant pour lui laisser le droit de veiller sur elle encore un peu. il aurait pu le frapper s'il n'avait pas eu peur de ne plus jamais la revoir. de ne plus jamais entendre son insupportable rire de dinde. c'est lui qui les avait appelé, les secours, les mains sur la plaie comme pour essayer d'empêcher celle-ci de saigner. comme s'il avait eu le pouvoir de la guérir d'un coup de paume. il avait vu son regard se fermer, sa respiration s'énerver. rien que d'y penser, il en a les mains qui tremblent. il se demande ce qui a bien pu se passer. ce qu'ils pouvaient bien foutre là, ces connards. ils n'auraient pas du savoir, c'est impossible. cole se repasse la scène encore et encore et encore et encore. mais rien, pas le moindre souvenir qui puisse aider, pas le moindre indice. cole est impuissant. et imogen est là, allongée, silencieuse comme jamais il ne l'a vu. c'est la première fois qu'un de ses coéquipiers est si méchamment amoché. il n'aime clairement pas la sensation que cela laisse. mais pire encore, il a l'impression de voir son monde s'effondrer. comme si d'un coup, la perte de la blonde pouvait le toucher plus encore que sa propre mort. il la regarde respirer comme elle peut, et il défaille. la chaleur de ses larmes le surprend alors qu'il pose ses mains sur ses lèvres serrées, comme pour se retenir d'hurler. comme pour ne pas faire de bruit. comme pour ne pas la réveiller.  

il hésite un instant. il pourrait faire demi tour, reprendre sa bagnole de service et patrouiller du coté de la scène de crime. mais le silence insistant du prêtre l'en dissuade. "i... i dreamed that i killed someone. actually, several people. i was murdering them without even thinking of it. it was the right things to do." l'autre homme semble calme. pas effrayé, comme s'il avait entendu ce discours encore et encore. pas étonné, comme s'il n'avait pu s'imaginer un tel homme avoir de telles pensées. un instant, cole se dit qu'il doit en voir beaucoup, des assassins. cette pensée le rend furieux, mettant en avant l'échec de la justice à mettre derrière les barreaux ces monstres qu'il combat tous les jours. "and when i waked up, i felt great. i actually want them to suffer. i want them to be afraid of what might happen if they cross my path again." le silence se fait alors que ses mains tremblent d'une colère qu'il n'arrive plus à supporter. il attend la remontrance, le jugement, l'ordalie. mais rien. "twenty ave maria my son, and it will be fine." pas de jugement, pas d'ordalie. rien d'autre qu'une lassitude face à une ville pourrie jusqu'à la moelle, où on laisse le tyran tyranniser parce que c'est plus facile que d'assumer ses propres erreurs. c'est amer qu'il se lève. "thanks." sec. furieux. éreinté. désabusé.




Dernière édition par Cole Jacobs le Dim 20 Mai - 22:00, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Imogen Webster
i broke my rules for you

avatar

› since : 21/04/2018
› posts : 366
› faceclaim + © : amber heard @Granger

› who lives, who dies
› my links :
› availability : 0/4 ; avery, cole, nova, tc

MessageSujet: Re: till it's gone - cole   Dim 20 Mai - 17:17

j'viens m'imposer gentiment ici
je te le réserve, tu es beau I love you

_________________
   
i have always loved you more than i have ever loved myself and therein lies my greatest tragedy ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Jacobs

avatar

› since : 20/05/2018
› posts : 100
› faceclaim + © : morris /thinkky

› who lives, who dies
› my links :
› availability : tc - imo - darling - lyra - milo

MessageSujet: Re: till it's gone - cole   Dim 20 Mai - 17:19

jtm déjà
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drew Parker

avatar

› since : 19/05/2018
› posts : 60
› faceclaim + © : margot robbie, flamingo (av)

› who lives, who dies
› my links :
› availability :

MessageSujet: Re: till it's gone - cole   Dim 20 Mai - 17:28

Ce choix de pré-lien I love you
Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emma Clifford

avatar

› since : 19/05/2018
› posts : 122
› faceclaim + © : Shantel Van Santen, Witchling

› who lives, who dies
› my links :
› availability :

MessageSujet: Re: till it's gone - cole   Dim 20 Mai - 17:52

Bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leslie Harper
Leçon n° 1 ≈ leave before breakfast.
avatar

› since : 09/04/2018
› posts : 291
› faceclaim + © : armie hammer / ©witchling

› who lives, who dies
› my links :
› availability : (2/3) - ON

MessageSujet: Re: till it's gone - cole   Dim 20 Mai - 18:18

Bienvenue, ça faisait longtemps que je n'avais pas vu Julian sur un forum I love you

_________________

— down, eat you alive, just like animals, animals, like animals, maybe you think that you can hide.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aintnomiracleworker.forumactif.com
Cole Jacobs

avatar

› since : 20/05/2018
› posts : 100
› faceclaim + © : morris /thinkky

› who lives, who dies
› my links :
› availability : tc - imo - darling - lyra - milo

MessageSujet: Re: till it's gone - cole   Dim 20 Mai - 18:29

merci les filles    


@Leslie Harper a écrit:
Bienvenue, ça faisait longtemps que je n'avais pas vu Julian sur un forum I love you

je sais    depuis au moins, pfiou, fin 2015 début 2016  


Dernière édition par Cole Jacobs le Dim 20 Mai - 19:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Hasting
∞ find joy in the ordinary

avatar

› since : 23/04/2018
› posts : 229
› faceclaim + © : Zoey Deutch @ carole71

› who lives, who dies
› my links :
› availability :

MessageSujet: Re: till it's gone - cole   Dim 20 Mai - 19:39

Bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Jacobs

avatar

› since : 20/05/2018
› posts : 100
› faceclaim + © : morris /thinkky

› who lives, who dies
› my links :
› availability : tc - imo - darling - lyra - milo

MessageSujet: Re: till it's gone - cole   Dim 20 Mai - 19:42

merci beauté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Imogen Webster
i broke my rules for you

avatar

› since : 21/04/2018
› posts : 366
› faceclaim + © : amber heard @Granger

› who lives, who dies
› my links :
› availability : 0/4 ; avery, cole, nova, tc

MessageSujet: Re: till it's gone - cole   Dim 20 Mai - 22:34

alors déjà, je suis outrée la façon dont tu écris, les sentiments de Cole et tout, je pouvais pas demander mieux I love you
je valide, et dès que tu as 30 secondes, fais moi signe et on rp parce que j'ai trop hâte.

_________________
   
i have always loved you more than i have ever loved myself and therein lies my greatest tragedy ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Jacobs

avatar

› since : 20/05/2018
› posts : 100
› faceclaim + © : morris /thinkky

› who lives, who dies
› my links :
› availability : tc - imo - darling - lyra - milo

MessageSujet: Re: till it's gone - cole   Dim 20 Mai - 23:03

c'moi qui suis outré je sais pas pourquoi, mais c'est mon droit de l'être
merci love, j'ai pas résisté et j'ai foncé sur la fiche. heureux de convenir comme il faut.
quand tu veux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: till it's gone - cole   

Revenir en haut Aller en bas
 
till it's gone - cole
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jim Harrisson l'école du Montana
» Cours Risques ouvert aux professionnels de la Conservation - fin mars 2009 - Haute école de Conservation-restauration Arc de La Chaux-de-Fonds
» [Pennac, Daniel] Chagrin d'école
» école de danse de genève l'imprimerie
» morale et education civique à l'école

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ain't no miracle worker :: Your Day Is Coming :: Real Never Waits :: Leaders Lead-
Sauter vers: